Téléphone : 1-844-969-6843

Culpabilité des enfants à relocaliser leurs parents en résidence : Et s'il s'agissait d'un cadeau ?

 

Pour une personne âgée et ses proches, il arrive un moment où l'option d'emménager dans une résidence pour aînés devient la solution la plus sécuritaire.

 

Pour une personne âgée bénéficiant de tous ses moyens, la relocalisation dans une résidence s'appuie sur deux raisons fondamentales soit le désir d'avoir un environnement stimulant proposant des activités sociales et la volonté de vouloir diminuer les tâches domestiques. L'encadrement sécuritaire, les soins et les services adaptés sont un aspect non négligeable dans le choix d'une résidence advenant l'apparition d'un besoin spécifique ou une détérioration de l'état de santé de la personne âgée.

Toutefois, dans la quasi-totalité des cas, ce sont les enfants qui amorcent la démarche de placement. Ils sont encore sur le marché du travail ou nouvellement retraités et le processus peut prendre des allures de casse-tête. Qui plus est lorsqu'ils endossent le rôle d'aidants naturels. Alors, surviennent les responsabilités quotidiennes dictées par leur conscience. Ils voient à l'organisation des repas et du ménage, à la gestion de la médication et celle de la prise de rendez-vous médicaux. Ils sont répondants et deviennent le pivot entre la personne âgée et les intervenants des services de santé et des services sociaux. Ces responsabilités viennent s'ajouter à celles déjà présentes dans leur vie tant au niveau personnel que familial ou professionnel.

 

Le sentiment de culpabilité!

Certains aidants naturels reconnaissent d'emblée cette culpabilité qui les pousse à prendre en charge leurs parents vulnérables. Pour d'autres, c'est le sentiment d'amour qui domine. Il y a aussi ceux qui agissent par devoir moral. Peu importe les cas de conscience individuelle, les émotions sont à fleur de peau.

Pour illustrer mes propos, prenons le cas d'une dame que j'ai guidée dans le processus de placement dans une résidence pour sa mère âgée. Aidante naturelle et nouvellement retraitée, elle m'avoue prendre soin de sa mère par amour pour celle qui l'a élevée. Selon elle, il va de soi de lui rendre la balle maintenant qu'elle est moins autonome.

Quelques mois plus tard, je revois cette dame qui m'annonce qu'elle a gagné un voyage au Mexique pour une durée de deux semaines. Bien que consciente du bien que cela lui apporterait, elle n'y est pas allée, ne voulant pas laisser sa mère vulnérable, seule chez elle. Elle a rejeté les options que je lui ai présentées qui était dans le but de relocaliser temporairement sa mère dans une résidence proposant des hébergements de courts séjours avec soins et services adaptés. Devant son refus, je l'ai orientée vers une agence privée qui pourrait assurer un soutien par un personnel qualifié à son propre domicile. Malgré tout, la dame a refusé de partir en voyage, aveuglée par un sentiment de culpabilité et refusant d'envisager l'option d'un placement temporaire. Même s'il faut respecter le cheminement de chacun, il faut éviter d'attendre trop longtemps avant d'agir au risque de devoir réagir en situation d'urgence.

De façon générale, les familles que j'accompagne dans leurs démarches de recherches de résidences, s'entendent pour dire qu'elles auraient dû les entreprendre bien avant. En effet, offrir à une personne âgée dont l'état de santé est précaire un environnement sécurisant avec des services et des soins de qualité, est un beau cadeau à la fois pour le bénéficiaire et pour les proches. Pour ces derniers, la tranquillité de savoir que son parent est en sécurité procure généralement un grand soulagement.

Depuis 2005, j’œuvre auprès des personnes âgées. Mon quotidien consiste à accompagner mes clients âgés et leur famille dans l'ensemble du processus de recherche d'une résidence afin qu'ils trouvent celle qui est la mieux adaptée à leurs besoins. J'ai implanté dans mon approche professionnelle un système de suivi après placement car au début du séjour, le bénéficiaire vit une courte période d'adaptation. Lorsque celle-ci est terminée, on remarque une amélioration de son état de santé. Cela s'explique grâce à l'accès à des repas équilibrés et pris de façon régulière, à une gestion d'une médication stable gérée par un personnel qualifié. Les activités stimulantes qui permettent de briser l'isolement contribuent aussi à l'amélioration de la santé. En plus de connaître le niveau d'adaptation du résident,  les renseignements recueillis me permettent de dresser un portrait réaliste des résidences de façon à bien orienter mes clients vers des résidences de qualité.

L'option de relocaliser son parent vers une résidence adaptée doit être considérée dès que la personne est en perte d'autonomie ce qui rend précaire sa sécurité. Les résidences disponibles lorsqu'un besoin immédiat survient sont rarement les plus recommandables. Afin d'éviter l'inévitable, prenez une longueur d'avance et contactez dès maintenant l'un de nos conseillers en hébergement. Cela ne vous engage à rien.

 

Justin Hénault, Directeur d’Hébergement Eureka